Search

Les conséquences de la désignation du Hezbollah en tant qu’organisation terroriste sur les relations

Updated: Oct 28

Par Daniel Cohen - Document d'analyse -

Ayant participé à l’étude et à la rédaction : Liron Shilo, Leora Lupkin, Jacob Weiss, Jack Steinberg et Orly Silverstein


Contexte

Le financement des activités criminelles et les efforts du Hezbollah pour appliquer son idéologie radicale ont enfreint de nombreuses normes locales et internationales. Son réseau criminel s’est profondément enraciné sur tous les continents et son trafic illégal a généré des centaines de millions de dollars destinés à soutenir son plan destructeur. La connexion du Hezbollah avec l'Iran et l’appui que son organisation reçoit au travers d’entraînements, d'armes et d’explosifs, ainsi que l’aide politique, diplomatique, monétaire et organisationnelle, est également un sujet de préoccupation pour la communauté internationale. La désignation en tant qu’organisation terroriste permet aux pays d'éradiquer les activités de ce groupe sur leur territoire. En interdisant le Hezbollah dans son ensemble en tant qu'organisation terroriste, ces pays ont considérablement porté atteinte à la capacité opérationnelle de base du Hezbollah au moyen de saisies d'actifs, de gels de comptes bancaires et d’arrestations d’activistes et de sympathisants de l'organisation. La désignation du Hezbollah en tant qu’organisation terroriste est devenue double à l’égard des désignations distinctes des ailes militaire et politique. Cette distinction entre les ailes militaire et politique du Hezbollah n’entrave pas seulement l'effort mondial pour mettre un terme à son expansion. Sans la désignation totale des ailes militaire et politique, le Hezbollah poursuit ses activités illégales et meurtrières en s’appuyant sur un cadre juridique.

Étude de cas

L'Institut Abba Eban pour la diplomatie internationale (AEI) a analysé différents ensembles de données datés de 1997 à 2017, en évaluant les relations bilatérales que le Liban entretient avec des pays qui ont partiellement ou totalement désigné le Hezbollah en tant qu’organisation terroriste. Les États-Unis, les Pays-Bas, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Union européenne (UE), le Royaume-Uni et le Canada (les Pays participants) sont les pays sur lesquels l'analyse a été effectuée. L'Argentine et les États du Golfe ont, dans une certaine mesure, également désigné le Hezbollah comme terroriste, mais ne font pas partie de cette analyse. L'Argentine a désigné le Hezbollah en 2019, ce qui sort du cadre de cette analyse ; les données des États du Golfe n'ont pas pu être obtenues. Une analyse de suivi sera effectuée par la suite pour inclure toute nouvelle donnée obtenue.

Mise en œuvre de l'étude

Pour chacun des Pays participants, la recherche a examiné trois paramètres différents des relations bilatérales entre pays, à savoir : le versement de l'aide humanitaire, l'Aide publique au développement (APD) et si la désignation a eu une incidence sur les valeurs à l’exportation/importation au Liban. Les relations bilatérales entre pays comportent divers paramètres pouvant affecter les échanges politiques, culturels et économiques entre deux pays. Cette étude dissocie l'aide humanitaire et l'APD ainsi que les valeurs à l’exportation/importation, car ce sont des paramètres prépondérants et indispensables à la reconstruction du Liban et, en tant que principaux bénéficiaires de ces liens, le peuple libanais et leur cadre de vie. Cette étude est impartiale et se base sur des enquêtes quantitatives établies à partir de rapports gouvernementaux.


L'aide publique au développement (APD) et l'aide humanitaire visent toutes deux à bénéficier aux citoyens ordinaires et à permettre le développement du pays pour la croissance future. Elles diffèrent du fait de la distribution. L'APD se définit comme une « aide gouvernementale destinée à promouvoir le développement économique et la prospérité de pays en voie de développement. L’aide peut être fournie de façon bilatérale, du donneur au bénéficiaire, ou allouée par l’intermédiaire d’organismes multilatéraux de développement telle que l’ONU ou la Banque mondiale. Les fonds versés entre gouvernements au titre de l'APD sont ensuite distribués auprès du peuple par le gouvernement. L'aide humanitaire diffère de l'APD dans le fait que l’argent est distribué via des organisations non gouvernementales pour « fournir une aide d'urgence aux populations dans le besoin lors de catastrophes naturelles, de conflits armés et d'autres situations d'urgence ».

Cette étude examine une période de vingt ans, entre 1997 et 2017, qui englobe les années de désignation ainsi que la deuxième guerre du Liban de 2006 et le début de la crise des réfugiés en 2013. La crise des réfugiés au Liban de 2013 est attribuable à la guerre civile en Syrie et aux réfugiés fuyant la Syrie vers les pays voisins.


Plus de 6,6 millions de réfugiés syriens ont été contraints de quitter leurs foyers depuis le début de la crise, la majorité d'entre eux ayant fui vers le Liban et la Turquie, ajoutant ainsi des tensions dans leurs économies locales et leurs structures socio-politiques. La communauté internationale a répondu à ces situations via une aide financière et une aide humanitaire considérables. À cause de ces crises, l'aide était indispensable pour le développement du pays et les moyens de subsistance de la population, indépendamment de l'opinion politique. Il est important de noter ces événements marquants, car certaines données fluctuent en raison de leur survenue.

Si vous souhaitez l’article dans son intégralité en anglais :

The Impact of Hezbollah Designation as a
.
Download • 1.49MB


© Copyright 2020 - Abba Eban Institute for International Diplomacy

Site Design: Studio Tiltan